GRAZIA/ I believe I can fly – 23.11.2017

i-believe-can-fly-les-bienfaits-sport-apesanteur_exact1900x908_l

Une thérapie sportivei-believe-can-fly-les-bienfaits-sport-apesanteur_exact1900x908_l
« Les disciplines volantes permettent de renouer avec l’insouciance de l’enfance. On se retrouve dans des postures que l’on n’aurait jamais pensé pouvoir exécuter », se réjouit Fabrice Tyack, coach Anti-Gravity. Clou des séances, les inversions (les postures la tête en bas) que tout le monde attend avec impatience. Au-delà du fun, elles donnent l’impression de se dépasser et boostent la confiance en soi. Autre bénéfice du hamac sur l’esprit avancé par Florie Ravinet : « La douceur, puisqu’il berce. On retrouve des sensations de détente extrêmes. » D’ailleurs, aux Etats-Unis, Anti-Gravity propose des sessions express de cocoon yoga : après les inversions qui libèrent le corps, les participants sont invités à se lover dans le hamac en position foetale pendant vingt minutes. Carton plein auprès des grands patrons, paraît-il.

Un renforcement musculaire profond

Vous vous voyez déjà flotter euphorique dans le hamac ? Cela arrivera. Mais il faudra le mériter. « Le renforcement musculaire est très intense car l’on travaille avec le poids du corps », insiste Florie Ravinet. Spiderman suspendu par les pieds qui relève le buste en s’accrochant à sa toile, vous voyez ? Le hamac permet de prendre appui, mais challenge également l’équilibre dans chaque position puisqu’il est mouvant. La plus grande concentration est donc de mise. Même le yoga doux est moins soft qu’il en a l’air. « On travaille en profondeur et les sensations sont proches de celles d’un cours de Pilates », précise encore la fondatrice. Les bienfaits sur le corps, en termes d’étirements et de gainage s’en rapprochent également.

Une discipline pour tous ?
La grande force du hamac, c’est d’être accessible à des personnes privées de sport par ailleurs. « C’est idéal pour ceux qui ont mal au dos. Une fois le corps suspendu, la colonne vertébrale se décompresse et de l’espace se crée entre les disques », avance Fabrice Tyack. Bien enseignées, ces disciplines permettent à des gens immobilisés par une scoliose, une douleur au genou, à la hanche ou à la cheville de s’y remettre en douceur et sans risque. Florie Ravinet a d’ailleurs fait breveter les vertus de sa méthode par des kinésithérapeutes et des ostéopathes.

En revanche, d’autres conditions limitent l’accès aux sports volants. Ou en tout cas, à la partie tant attendue des inversions. Elles sont interdites aux personnes qui ont des problèmes de coeur, des glaucomes, aux femmes enceintes et sont déconseillées à celles qui ont leurs règles. Si vous êtes sujette au vertige ou au mal de mer, vous risquez tout simplement de ne pas apprécier l’expérience. Ultime contre-indication : avoir fait du Botox dans les dix heures précédant le cours. Vous êtes prévenues.


Laisser un commentaire